By Yves Michaud

ISBN-10: 2234081181

ISBN-13: 9782234081185

Los angeles montée du fondamentalisme religieux, tout spécialement, mais pas seulement, islamique ; los angeles montée des populismes, de droite comme de gauche, accompagnée d’un discrédit grandissant de l. a. classe politique et du rejet de los angeles development européenne, fait que nous avons affaire à une scenario entièrement nouvelle, qui rend caducs les schémas anciens, à savoir :
– l’idée que l. a. démocratie est hautement désirable pour tous, et qu’elle peut indéfiniment tolérer toutes les différences qui veulent s’y exprimer ;
– l’idée que les populismes sont des programmes infâmes qui ne méritent pas une seconde de dialogue et que leurs adeptes doivent être traités par le mépris ;
– l’idée qu’en politique internationale, il faut être bienveillant et aider les déshérités.
Oui ! Il y a des croyances insupportables et intolérables. Non ! Le populisme n’est pas une phantasm qui se dissipera d’elle-même. Non ! los angeles politique internationale n’obéit pas aux chartes du droit international.
Enfin, il faut s’attaquer à los angeles tyrannie des bons sentiments, à los angeles politique de l’émotion et de los angeles compassion, à los angeles tyrannie de l. a. bienveillance. Non que l. a. bienveillance soit un sentiment indigne, bien entendu, mais il faut cesser de croire qu’on peut bâtir sur elle une communauté politique.
Ce livre rappelle que l’appartenance à une communauté politique se construit sur le renoncement réfléchi à certaines particularités pour asseoir l. a. souveraineté collective, que les droits ne sont pas des dus mais le corrélat de devoirs assumés, que l. a. Res publica, le bien commun, présupposent ces renoncements qui ne peuvent pas être considérés comme « allant d’eux-mêmes ».

Show description

Read Online or Download Contre la bienveillance PDF

Best french_1 books

Additional info for Contre la bienveillance

Example text

Il y a quand même quelques indices de malaise – mais ces indices eux-mêmes mettent mal à l’aise. Faire prévaloir la loi de la communauté par des sanctions judiciaires ou des dispositifs d’intégration qui corrigeraient une déviance occasionnelle limitée (insultes et agressions racistes, par exemple) avait du sens lorsque la déviance restait effectivement occasionnelle et les paroles en suspens sans passage à l’acte – en gros quand il s’agissait de poursuivre Le Pen père ou Dieudonné M’bala M’bala.

Comme le rappelle la brève analyse des théories de la bienveillance au xviiie siècle que je donne dans le premier appendice de ce livre, la bienveillance est un sentiment moral, pas un sentiment politique. Le château de Clarens où les belles âmes de La Nouvelle Héloïse vivent leur félicité n’est pas une communauté politique mais une île utopique. À l’abri de l’État-providence ou de ce qu’il en reste, derrière le rempart des droits de l’homme et de l’humanisme, les droits sont devenus des dus et l’appartenance à la communauté passe pour une donnée naturelle.

Il faut donc se méfier des histoires causales qui croient expliquer en remontant en arrière : l’important est d’abord de décrire correctement. Le troisième principe, le plus important, est qu’il y a une différence absolue entre penser et sentir, entre concevoir quelque chose et le vivre. Nous en faisons l’expérience proprement sidérée quand arrive pour de bon la catastrophe dont nous avions pourtant envisagé tous les détails. Nous avions prévu le pire, mais quand il advient, il est encore pire que tout ce que nous avions imaginé : il est réel.

Download PDF sample

Contre la bienveillance by Yves Michaud


by Richard
4.2

Rated 4.70 of 5 – based on 25 votes